Semaine Laudato Si: L'Homme, gardien de la Création

Mis à jour : sept. 3

C'est un thème que nous avions déjà évoqué, mais il me semble que les deux personnes de notre interview étaient bien placées pour parler concrètement du rôle de l'homme.. Une interview pleine de rires, disponibles sur IGTV de Instagram. Pour les autres, pas de panique, voici leur histoire ...

Sensible à l’apiculture, je suivais les aventures de Grégory Orsini sur Instagram depuis plusieurs mois. Nous avions déjà échangé sur les abeilles, puis un jour il m'a parlé de son projet d'abeilles vertes !


C'est sans hésiter que j'ai proposé à Grégory de se joindre à nous pour parler du rôle de l'homme face à la Création. Et il a pris ça au sérieux!


Vendredi 22 mai à 20H30, j'ai donc retrouvé Grégory et son invité surprise, le Père Pierre-Etienne. Et pour un début en grandes pompes, le Père Pierre-Etienne sonne les cloches à la main: quel accueil! Les cloches de l'Eglise Notre-Dame de la Garde de La Ciotat résonnent jusque loin dans la vallée.


Le Père nous pose le cadre : "Cette église est propice à la contemplation de la Création donc "God save the green", et on peut l'affirmer de la façon la plus simple: en contemplant ce que Dieu nous donne." Petite église construite au XVIIème siècle, elle est dédiée à Notre-Dame de la Garde qui protège les marins, les pécheurs, et les pompiers. Sur les murs, nous observons des ex-votos de marins venus rendre grâce à leur protectrice. Après nous avoir montré une vue d'ensemble de cette jolie petite Eglise, la caméra se tourne vers le paysage. L'Eglise surplombe la vallée. Au loin la mer d'un bleu violacée s'étend, et on devine les calanques et les pins. Nous comprenons alors mieux pourquoi ce lieu est propice à la contemplation. D'un côté, le pic de l'Aigle et de l'autre, un rocher semblant avoir naturellement formé un cœur. Que la Création est belle !


Après l'émerveillement, place à l'échange. Nos deux invités calent le téléphone entre un pot de fleur et une pierre: créativité naturelle. Grégory habite La Ciotat et est l'heureux papa d'une jeune fille ("c'est hors contexte mais j'aime bien en parler!" nous dira-t-il). Il est en reconversion professionnelle depuis quatre ans: ancien marin-pompier, il a décidé de reprendre l'entreprise d'apiculture de son papa. L'apiculture était une passion partagée entre Gregory et son père, mais il l'a développé d'une autre manière de la pratiquer, selon sa sensibilité. Pendant des années, il a été "le fils de l'apiculteur" qui considérait l'abeille comme un bel insecte et qui aimait les tartines de miel le matin. Quand il a repris l'entreprise, il s'est rendu compte que cela demandait plus que de la contemplation: c'est un véritable métier qui nécessite beaucoup de patience, d'écoute, d'observation et de gestes en conséquence. Il a vécu cette conversion sans stress car l'apiculture reste une passion. Ce métier n'est pas une nécessité financière pour Grégory, c'est pourquoi il travaille dans l'équilibre: rentabilité cohérente au soin des abeilles et au respect de la Nature, sans en faire un business mais il est normal d'avoir une reconnaissance pour son miel et ses produits.

Grégory a toujours été sensible à l'émerveillement et à la préservation de l'autre. "J'étais pompier dans l'armée, l'armée qui sauve, pas l'armée qui tue. J'étais auprès de la nature humaine en aidant les gens. Donc la transition vers l'apiculture n'a pas été brutale. Maintenant je m’occupe de la nature humaine indirectement, en prenant soin de Dame nature."




Le Père Pierre-Etienne nous rappelle que dans la Bible, l'abeille est symbolique de la présence de Dieu mais aussi de la Vierge Marie (qui accepte tout, et connait sa mission sur Terre) . Le miel quant à lui est l'élixir parfait, nourriture du paradis. Il est une promesse de douceur et de sagesse. "Mais ce ne sont pas les abeilles qui nous ont fait nous rencontrer! C'est la Vierge Marie!". Le Père nous raconte alors qu'il y avait une statue de la Vierge Marie un peu sale et inaccessible dans une autre chapelle, en bas de la ville . Grégory passait devant le matin en se rendant au marché. Il est alors venu trouver le Père pour lui proposer de nettoyer cette statue et lui rendre sa beauté originelle. De fils en aiguille, les deux hommes sont devenus des amis et se sont retrouvés lors du lancement du projet Eglise Verte au sein de la paroisse. "Grégory est arrivé de manière providentiel" nous confie le Père, et après avoir nettoyé la Vierge, il a décidé de nettoyer les combles de l'Eglise en commençant son nettoyage au mercredi des cendres. Deux ans après, de manière simultanée, le projet Eglise Verte se lançait et les deux amis déposaient deux ruches sur les toits de l'église, le jour de l'Ascension. Une belle occasion pour poser un acte réel et concret pour Eglise Verte. Après cela, chacun a apporté sa pierre à l'édifice vert en proposant différents projets: papiers recyclés pour les feuilles de messe, respect de l'utilisation de l'électricité, ramasser les déchets le long des plages, organiser des promenades contemplatives...


Ensemble avec Eglise Verte.

Nous sommes intendants et gardiens de la création, comme le dit le Pape François dans l’encyclique Laudato Si'. Notre mission est de prendre soin de la Terre, et des autres. Or l'Homme a toujours voulu dominer et maîtriser.

La transition écologique demande une conversion des esprits et des mentalités. Les générations de nos églises sont des générations moins sensibles à l'écologie: elles ont vécu à une époque où on cherchait Et maintenant nous demandons à nos aînés de revoir et changer tout leur mode vie? Ce n'est pas simple.

Le mouvement Eglise Verte est un bel effort de paroisse: c'est un engagement dans une dynamique qui nous dépasse et où chacun peut apporter sa pierre. L'écologie est aussi un sujet qui rassemble des gens de différents horizons et religions avec une idée commune qu'il existe plus grand que soi. Mais avant de réussir à s'engager pour les autres, il faut commencer par vivre une conversion personnelle. Comme le dit Julien Vidal (1), "ça commence par moi": il faut savoir se remettre en question, et savoir quoi mettre en place au quotidien dans la durée.

Le groupe de réflexion Eglise Verte est souvent intergénérationnelle. Cela permet d'évoquer avec bienveillance l'écologie et d'aider en douceur les paroissiens à revoir leurs habitudes. C'est un groupe de patience, de guidance, de médiation.


Nous nous sentons parfois démunis et impuissants face aux catastrophes écologiques. Et pourtant, ayant l'espoir de Mère Térésa "Nous réalisons que ce que nous accomplissons n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan, mais si cette goutte n'existait pas dans l'océan, elle manquerait." Le but n'est pas devenir des puristes, notamment dans le label Eglise Verte il existe différents degrés et lorsque nous atteignons le dernier, il n'y a par exemple plus de feuilles de chants et nous devons presser nous-même notre papier. Chacun fait à son échelle et à son rythme...

(1) Ça commence par moi: soyons le changement que nous voulons voir dans le monde - Julien Vidal, 6 septembre 2018, Editions Seuil.


Des abeilles au Vert.

Dans notre paroisse, l'abeille a vraiment été signe d'adhésion de la paroisse, nous confie le Père Pierre-Etienne. Elle symbolise le mystère et l'émerveillement. Bien sûr cela a pu étonner que Gregory propose d'installer des ruches sur les toits de l'église Notre-Dame de l'Assomption. Tous se questionnaient sur le bien-être des abeilles en centre-ville. Il a fallu expliquer, montrer sur le terrain, prendre patience pour nous unir autour de ce projet.


Au delà du miel, nous avons sensibilisé sur le rôle premier des abeilles: la pollinisation des fleurs et des fruits. Grégory est un acteur de la préservation de l'environnement: il préserve les abeilles et il produit du miel de façon responsable. Il participe aussi au commerce local en se rendant au marché, et au bien-être des hommes en leur faisant consommer du miel. "Et ce qu'il oublie de dire, c'est que son miel est super bon!" ajoute le Père.


Les aînés n'ont parfois pas compris la démarche des abeilles pour Eglise Verte, notamment car ils ne se sentaient pas acteurs dans ce projet. Après réflexion et discussion, ils sont venus au marché et achetaient du miel. A leur manière, progressivement, ils ont participé au projet !


"Les abeilles nous ont unis. Elles nous ont permis de partager l'émerveillement et de sensibiliser à leur protection mais aussi à la Foi." Grégory

L'union fait.. l'équilibre.

On parle souvent des jeunes comme un moteur de la transition écologique, surement car les figures modernes de l'écologie sont des petites filles et non des femmes. Grégory est d'ailleurs sensible au mouvement qui se lance: "L'importance pour moi en tant que papa ,c'est votre génération de jeunes. J'ai confiance en la jeunesse, j'ai envie d'avoir foi en vous!". Les jeunes d'aujourd'hui ont tout, et c'est bien différent des jeunes des 30 glorieuses. Mais ce trop plein crée parfois de mauvaises expériences. Les jeunes sont à la recherche d'un sens dans ce trop plein, et cela passe par le tri pour retrouver ce qui rend heureux. Il faut renoncer pour avancer.


"C'est surement pour cela que Jean-Paul II, Benoit XVI et François sont des personnages qui plaisent aux jeunes. Ils sont des figures de "grands-pères" qui cherchent à donner un sens à nos vies" - Père Pierre-Etienne

Et pourtant, n'oublions pas nos aînés. La transition leur demande plus d'efforts et de renoncement, et elle est en d'autant plus touchante! En réalité, il faut avoir conscience que l'entraide entre les générations permet d'avancer en vérité. Et parfois, il faut un point de capillarité pour s'unir..


Comment participer à la préservation des abeilles ?

L'apiculture a connu une mode: des particuliers prennent une ruche, sans savoir comment entretenir les abeilles et en ne les nourrissant pas correctement. Il y a certes une bonne intention mais qui s'éteint parce que nous ne sommes pas attentifs, et pas apiculteurs! Ce genre d'engagement demande une vrai conversion, de l'attention et une permanence d'action...

Les abeilles font partie d'une chaîne très fragile. Elles butinent les fleurs puis pollinisent les autres fleurs et fruits, ce qui permet de nous nourrir. Alors tout commence dans le soin de nous donnons à nos fleurs: pitié, arrêtons les pesticides!

Rappelez-vous cette vidéo que nous vous avons partagé:

https://www.youtube.com/watch?v=4dVs95LwVVg

Les pesticides (merci Monsanto) détruisent le système neurologique des abeilles: elles se perdent, meurent de fatigue et ne réussissent même plus à se nourrir.


La première chose à faire est donc préserver l'environnement dans son ensemble: les fleurs, les sols mais aussi notre alimentation (en cautionnant le travail bio ou labellisé responsable).

Etre responsable est dans les capacités de chacun. Nous recevons suffisamment d'information pour savoir ce qui est bien ou mal et pour agir en conséquence. Il faut aussi reprendre conscience de l'impact de l'homme et mettre en avant le bien commun.


"Ne pas écraser un insecte pour rien, ne pas utiliser la bombe à insecticide, faire attention à son alimentation et au vestimentaire.. tout est lié!" - Grégory

Il faut aussi commencer par contempler. La nature est divinement bien faite; elle est même un exemple que nous devrions plus observer! Les abeilles agissent pour le bien commun de la ruche, chacune a son rôle, chacune est respectueuse. Regardez-les de plus prêts et réfléchissez.. car l'absence des abeilles remet en cause l'existence des hommes. Plus d'abeilles, moins (voir plus) de pollinisation, plus de fruits et plus de fleurs, donc appauvrissement des ressources puis des hommes. Cela aurait des conséquences dévastatrices.. Mais c'est aussi la preuve que tout est lié, que chacun de nos gestes humains a un impact sur la vie terrestre.


Et sinon ? Si vous avez un petit coin de jardin, pensez a y mettre des fleurs mellifères! Ces fleurs ont le plus de succès auprès des abeilles car elles ont une floraison abondante et généreuse en nectar. Nous vous invitons à vous rendre sur le site : https://www.untoitpourlesabeilles.fr qui montrent les fleurs mellifères selon les mois de plantation!


N'hésitez pas à rendre visites à vos apiculteurs pour découvrir les abeilles en face à face. Nous vous promettons une très belle expérience ...


Aujourd'hui, suivons le modèle des abeilles. Récoltons auprès des autres, puis pollinisons les cœurs afin de faire rayonner le bien commun et le respect de la Nature. Comme les abeilles, soyons solidaires...


Retrouvez Grégory sur les réseaux sociaux: sur Instagram @mielsorsini et sur Facebook @Miels orsini Fils.


Aime, prie, sème.

Camille, Grégory et le Père Pierre-Etienne.


Une citation de Laudato Si ?



  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Instagram

"Nous avons besoin d'une conversion qui nous unisse tous, parce que le défi environnemental que nous vivons, et ses racines humaines, nous concernent et nous touchent tous."

© 2019 par Camille Allard pour God Save the Green.