S'occuper autrement: fabriquer un mini-calvaire


Une petite activité, simple et en deux versions: une version pour les personnes qui sont confinés dans une maison avec un jardin, et une autre pour ceux qui n'ont pas d'extérieur, réalisable avec des objets que l'on trouve facilement chez soi.



Pendant ce carême plutôt insolite, sans célébration et reclus dans nos maisons, il nous faut trouver des occupations. Je me suis demandée comment pourrions nous utiliser le bricolage pour passer un temps un peu plus spirituel, ou quel bricolage pourrions-nous faire pour égayer notre cœur et notre Foi.

Je tiens à vous dire que ces idées viennent de Pinterest ! Certaines n'avaient pas d’explication ni de mode de fabrication, alors j'ai tenté l'expérience pour vous!

Ce sont des bricolages simples, à faire aussi bien en famille que seul. J'ai proposé plusieurs objets pour leur fabrication car je sais que de nombreuses familles n'ont pas de jardin et donc pas accès aux ressources extérieures. Soyez-libre d'inventer! Mais nous partons sur des idées de bricolages catho-écolo: à partir d'objet du quotidien ou de récupération, à visé éducative pour nous ET pour les autres, pour passer un moment agréable en présence des autres et du Seigneur.



Le Mini-calvaire (version maison).


Voici une affiche explicative pour procéder à la création d'un calvaire miniature avec des objets de la maison: chute de tissus ou coton, cure-dents, pâte à fixe...


Une idée d'occupation simple pour cheminer vers Pâques.



Le Mini-calvaire (version jardin).


Voici une affiche explicative pour procéder à la création d'un calvaire miniature avec des objets qu'on trouve facilement dans le jardin: des petites branches, de la mousse, une pierre...


Bonne création ! N'hésitez pas à me faire parvenir les photos de vos réalisations!




  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Instagram

"Nous avons besoin d'une conversion qui nous unisse tous, parce que le défi environnemental que nous vivons, et ses racines humaines, nous concernent et nous touchent tous."

© 2019 par Camille Allard pour God Save the Green.