God save the green: semaine 3

Mis à jour : nov. 2

Cette semaine fut belle et si dure ! J'en sors totalement épuisée et éprouvée. Mais n'est-ce pas ça, finalement, la "joie de la mission" ? J'ai eu la chance de recevoir des petits Clins-Dieu et de faire des belles rencontres. Retour sur la troisième semaine de mission..

Jésus aime les livres.

De retour à Saumur, j'ai eu l'occasion de lire un peu. Mais croyez-bien que même à travers mes lectures, le Petit Jésus me garde.

J'ai donc enfin pris le temps de finir Sagesse d'un pauvre d'Eloi Leclerc, avec en tête ce passage qui est le dernier:


"Le Seigneur nous a envoyés évangéliser les hommes. Mais as-tu déjà réfléchi à ce que c'est qu'évangéliser les hommes ? Évangéliser un homme, vois-tu, c'est lui dire: Toi aussi, tu es aimé de Dieu dans le Seigneur Jésus. Et pas seulement le lui dire mais le penser réellement. Et pas seulement le penser, mais se comporter avec cet homme de telle manière qu'il sente et découvre qu'il y a en lui quelque chose de sauvé, quelque chose de plus grand et de plus noble que ce qu'il pensait, et qu'il s'éveille ainsi à une nouvelle conscience de soi. C'est cela, lui annoncer la Bonne Nouvelle. Tu ne peux le faire qu'en lui offrant ton amitié. Une amitié réelle, désintéressée, sans condescendance, faite de confiance et d'estime profondes."

Lorsque j'ai lu ce passage, je n'ai pu m'empêcher de sourire. J'ai aussi compris qu'il fallait que je me renseigne un peu plus sur l'évangélisation. Cependant, je n'avais pas compris que ce passage me préparait aux épreuves de la semaine.


Une semaine sur le chemin de la sainteté.

Non pas pour dire que je suis une sainte. Plutôt pour comprendre que - pétard la vie des saints sont pleines de grandes épreuves. Quels exemples pour nous qui peinons parfois face à quelques petites épreuves!


Au cœur du jardin des sœurs de Saint Hilaire-Saint Florent, J'ai rencontré sainte Jeanne Delanoue. Assise au frais sous une rangée d'arbres, j'ai laissé jaillir mon âme d'enfant pour écouter avec passion la vie de cette sainte saumuroise, racontée par sœur Michelle. J'ai ensuite pu retrouver mon élément: la Terre et le jardin. Celui des sœurs est un doux havre de paix où tout est définitivement lié! Un lieu d'échange, de prière, de partage en tant que gardiennes de la Création.


Un jour, touchée par ce qu'il appelle "la colère saine", le père Laurent m'a parlé de Saint Martin. Dans toutes les représentations, nous voyons Saint Martin qui offre un pan de son manteau au lépreux. Ce qu'il manque, c'est la foule qui a assisté à ce geste. Cette foule était divisée en deux: 50% se disait "pourquoi n'y ai-je pas pensé? J'aurais pu faire comme lui! Je veux être comme lui", tandis que 50% se disait "N'a-t-il pas honte? C'est scandaleux! Ce n'est pas comme ça qu'il faut faire! Ce manteau ne lui appartient pas". Bon, version plus humble il se passe pareil avec chaque acte que je pose aujourd'hui: 50/50.


Et mon grand copain Saint Irénée de Lyon à qui je pense bien souvent. Avec son aide et celle du Seigneur, je prie pour l'unité et l'apaisement entre les hommes. Je suis toujours aussi émerveillée de sa capacité de médiation.

Un vaste programme avec mes amis les saints !


Un arc-en-Ciel.

Une semaine montagne-russe: j'ai vécu un arc-en-ciel d'émotions. Je ne cesse de dire "c'est cela, la joie de la mission", et je le pense vraiment. Les épreuves font mal. Elles sont faites à partir de mots blessants, de coups durs, de fatigue. Il faut apprendre à les vivre, apprendre à avancer avec car elles nous aident à grandir. La joie de la mission c'est aussi cela : des jours AVEC, et des jours SANS, mais TOUJOURS proche de Dieu.


Dans la mission, il y a les actions mais aussi le fait d'être porte-parole. Les gens pensent que je sais tout et donc s'attaque à moi. Je peine encore à expliquer comment j'en suis arrivée à me lancer dans cette mission, et à dire à tous que je ne fais que témoigner de ce que je vis. Car je ne sais rien, je n'ai que 23 ans, et je refuse d'ailleurs d'être considérée comme "celle qui sait tout". Cette année est une quête de rencontres et d'échanges qui me permettront d'apprendre et de grandir. "La joie de la mission!"



Avancer et prier.

J'ai conscience que beaucoup d'entre vous ne réalise pas tout ce que je fais chaque semaine, quel rythme je suis, ni la rudesse de cette mission pour moi.. Je ne peux vous décrire tout ce que je fais: il y aurait tant à dire! (beaucoup de vélo, beaucoup d'emails, beaucoup d'appels téléphoniques, beaucoup de réunions. La vie de paroisse est aussi active qu'en entreprise! )

La seule grâce qui me soit donnée, c'est la prière qui m'aide à avancer, encore et toujours pour mener cette mission à bien. Cette semaine, nous avons organisé une adoration au Créateur: hip-hip-Alleluia ! Quelle grâce de pouvoir se retrouver à plusieurs, en présence de Dieu. (Sur le blog: un post complet arrive avec le contenu de l'adoration et d'un chapelet autour de Laudato Si' et de l'écologie intégrale). Doucement, tout prend place, toujours en présence du Seigneur...


Car n'oubliez pas..

AIMEZ, priez, semez.

Camille pour God save the green.

  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Instagram

"Nous avons besoin d'une conversion qui nous unisse tous, parce que le défi environnemental que nous vivons, et ses racines humaines, nous concernent et nous touchent tous."

© 2019 par Camille Allard pour God Save the Green.