God save the Green: semaine 2

Mis à jour : nov. 2

Deuxième semaine au cœur du projet! Cette semaine fut plus reposante, mais aussi plus centrée sur une idée : apprendre à semer.

La semaine commença en beauté: un problème de santé m'a obligé à rentrer. Retour chez les parents à Angers, avec un rythme un peu plus doux.. enfin les premiers jours!


Une fois en meilleure santé, quelle est la première chose que j'ai faite ? Louer ! Mon petit papa semblait ravi de retrouver sa fille un peu "étrange" qui chante en dansant dans toute la maison (et le plus souvent dans la cuisine), avec une maman qui suit de bon cœur. Mes frères, désespérés, ont finis par me demander si j'étais revenue juste pour me rattraper et chanter.. Il est vrai que dans cette mission, ce qu'il me manque le plus est la louange. Habituée à une heure ou deux de chants par jour, je me retrouve à zéro (par manque de temps ou par discrétion dans la maison de mes hôtes).


Louer m'a redonné la joie et la force de ma mission : il me fallait être en forme puisque j'organisais de A à Z l'intervention de Marie-Hélène Lafage pour deux conférences en Anjou. L'une des conférences a été possible et pensée seulement six jours avant le jour J! Jusque là, pas de stress je restais fidèle à mon optimisme sacré.. Jusqu'à l'annonce du passage en "zone rouge" d'Angers. Heureusement, je pouvais aller décompresser en jardinant au potager entre deux appels ou coup de panique.. Et tout s'est très bien passé!


J'ai aimé travailler avec Marie-Hélène. Elle insiste aussi sur le point central de l'écologie intégrale chez les catholiques: la prière! Un point qui est parfois dur à faire entendre.. et qui fait partie de l'évangélisation dans ce projet. A travers ses interventions, et toutes les prochaines qu'il y aura, nous parviendrons à semer des petites graines. Il faut accepter que parfois, elles seront étouffées et qu'elles me germeront pas instantanément. Mais elle seront dans le cœur des hommes, et un jour où nous ne serons peut-être plus là pour le voir, elles germeront. Chaque personne demande un temps de maturation différent et personnel. N'ayons pas de scrupule: semons! Au contraire, il y a aussi des graines qui prennent et qui enflamment le monde. Alors à la fin des conférences, il y a ces questions que l'on s'échange, ces rencontres qui se forment et ces gens qui s'unissent. Dans ces moments là, je me réjouit de ma mission..


Ce dimanche, à la fin de la messe j'ai été rencontrer des paroissiens et bien sûr nous avons parlé de la mission. Un monsieur charmant, plein d'humour, m'a dit "Je suis pessimiste.. Mais je ne peux m'empêcher de me demander quel monde allons-nous vous laisser? Quel espoir pour vous dans ce monde et dans l'avenir?". Spontanément, il m'a fallu répondre.. Croire en Dieu, c'est espérer. Je me souviens d'un autre monsieur qui m'avait dit qu'il trouvait ça absurde de louer Dieu vu l'état critique du monde. ô petits messieurs, sachez que je prie pour vous, que chaque jour je croise des obstacles et parfois j'ai aussi envie de baisser les bras. Mais sachez aussi reconnaître les merveilles, car j'ai la grâce d'en rencontrer et je vous assure que nous pouvons être dans la joie. Nos générations, toutes confondues, s'unissent. Les choses avancent, la transition est en marche. Espérons! Pour Dieu et pour le monde!


Ainsi, cette semaine j'ai pu aimer (ma famille, les rencontres, ma mission), prier (louer!), semer (par les intervenants et en évangélisant!).


Vive la vie!

Camille pour God save the green.



Remerciements de la semaine


Je remercie les libraires Byblos, plus particulièrement Prudence (Angers) et Claire (Saumur).

Je remercie encore la paroisse de la Sainte Marie de la Croix (Belle-Beille Angers) pour leur accueil et leur patience face à mon stress.


Je remercie Jeanne (et son mari) d'être venue de loin pour assister à la conférence à Angers, mais aussi pour toute son aide précieuse dans le projet.


Je remercie Patrick et Monique Savatier: je ne vous remercierai jamais assez. Mais bon, encore un dernier: MERCI !


Je remercie Fanny et son amie d'êtres venues de loin pour assister à la conférence de Saumur. Courage les filles!


Je remercie Marie-Hélène pour son intervention.


Je remercie le père Laurent: vive la vie!


Merci aussi à ma petite famille. Je vous aimes.ssur le point central de l'écologie intégrale chez les catholiques: la prière! Un point qui est parfois dur à faire entendre.. et qui fait partie de l'évangélisation dans ce projet. A travers ses interventions, et toutes les prochaines qu'il y aura, nous parviendrons à semer des petites graines. Il faut accepter que parfois, elles seront étouffées et qu'elles me germeront pas instantanément. Mais elles seront dans le cœur des hommes, et un jour où nous ne serons peut-être plus là pour le voir, elles germeront. Chaque personne demande un temps de maturation différent et personnel. N'ayons pas de scrupule: semons! Au contraire, il y a aussi des graines qui prennent et qui enflamment le monde. Alors à la fin des conférences, il y a ces questions que l'on s'échange, ces rencontres qui se forment et ces gens qui s'unissent. Dans ces moments là, je me réjouie de ma mission..

  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Instagram

"Nous avons besoin d'une conversion qui nous unisse tous, parce que le défi environnemental que nous vivons, et ses racines humaines, nous concernent et nous touchent tous."

© 2019 par Camille Allard pour God Save the Green.