God save the Green : Notre-Dame de Bonne Espérance (1)

Lorsque le confinement a été annoncé, le projet a perdu de sa vigueur. C'était sans compter sur une idée : aller me confiner en monastère, dans un lieu qui était le deuxième sur la liste du tour de France. Après trois semaines sur place, voici un petit retour sur ce confinement monastique ...

Je suis arrivée à Echourgnac (Dordogne) samedi 10 avril, après plusieurs longues heures de route. J'ai découvert la campagne environnante avec une certitude : j'étais au milieu de nulle part, mais ce voyage m'offrait des paysages époustouflants. D'où une pensée pour Jacques Chirac "C'est beau, mais c'est loin", que j'ai du répéter à presque ... tout le monde.

Me voici donc à Notre-Dame de Bonne Espérance, communauté des vingt-deux sœurs cisterciennes trappistines.


Une première découverte des lieux par de belles promenades m'ont permis de réaliser la chance que j'avais d'être confinée ici. Je ne suis pourtant pas seule sur place : à mon arrivée, huit jeunes étaient présents depuis une semaine ! Il a fallu apprendre à nous connaitre, nous découvrir, et partager ensemble cette nouvelle aventure communautaire.


Très vite, j'ai mis la main à la patte et nous avons franchis la clôture pour découvrir le potager, les vignes, les vergers ... qui avaient bien besoin de notre aide ! Ces temps de service nous ont rapproché entre jeunes, mais nous ont aussi permis d'approcher les sœurs ! Nous étions parfois tous ensemble à désherber, mais à d'autres moments, les services étaient en tête à tête avec une sœur. Cela permettait d'entrer en confidence et de connaitre un peu plus ces petites sœurs si discrètes et joyeuses !


La vie en monastère est aussi rythmée par les offices : sept par jour ! Pour les jeunes catholiques confinés aussi, nous profitons de ce lieu spirituel et de cette grâce de recevoir la communion chaque jours. J'en ai aussi profité pour poser une quantité incroyable de questions aux sœurs sur leur vie, la règle de saint Benoit, leur travail ... C'était pour moi une vraie découverte !

Nous sommes plusieurs et nous avons des régimes monastiques différents :

Certains sont en 100% Woofing (logement contre service) et travaillent 2H matin et 2H après-midi, d'autres sont en Retraite-Woofing et travaillent seulement 2H par jour pour ensuite faire du télétravail ou se reposer. Il existe aussi une formule 100% retraite, en prenant un temps de prière et de silence. A chacun, ils nous est proposé de parler aux sœurs au besoin, d'être accompagnés dans la prière, d'assister aux partages d'Evangile et aux topos (thèmes choisis ensemble). C'est une vrai richesse pour les jeunes parmi nous qui sont catholiques et un temps de partage incroyable avec les jeunes non croyants.




Services des trois semaines : désherbage des vignes, pose d'herbes et de compost sur les plantes, plantation d'iris, protection des arbustes du verger avec du paillage, reportage au potager, reportage à l'atelier de céramique, dépoussiérage d'un bâtiment et nettoyage des vitres !



Très vite, ma santé m'a rappelé que je n'étais pas physiquement capable de faire comme mes amis, et les sœurs m'ont trouvé d'autres missions : réalisation d'un catalogue des produits du monastères, aide à la mise en page du site internet, création de visuel pour les retraites jeunes. Il y avait aussi la réalisation du film en cours depuis mon arrivée !




Vos questions :


Est-ce que tu manges bien ?

Olala je vais même grossir ! Nous sommes huit gros mangeurs et nous sommes rassasiés des repas proposés par la cuisinière de l'hôtellerie (qui sont ex-ce-llents) - Quand je vous dis que cette abbaye a tout pour plaire : venez !


Est-ce que tu vas au vigile ? (Vigile = office à 4H du matin)

NON je l'avoue, je suis trop fatiguée par le rythme des journées. Je le fais une fois par semaine, histoire de savourer les chants des sœurs dans la nuit.


Est-ce qu'une personne non croyante peut venir y passer quelques jours ?

Bien sûr ! Il y a quatre jeunes non croyants avec moi. Ils sont curieux, bienveillants et n'ont aucune obligation de suivre les messes et les offices (bien qu'ils y viennent!). Cependant, les repas du midi sont en silence et les sœurs lisent des textes de foi. La communauté est bienveillante et accueille avec plaisir toutes les personnes, quelques soit leurs confessions.


Comment as-tu sélectionné les endroits du tour de France ?

Il y a eu beaucoup de providence ! J'ai cherché sur internet, passé du temps à croiser des mots clés ("écologie, monastère, abbaye, Laudato Si, conversion"... etc), croisé les résultats avec les cartes Eglise Verte et de la Fondation des Monastères ... Aujourd'hui, avec le covid, de nombreux lieux ont du annulé ma venue. A la fin, je mettrais en ligne la liste complète de tous les lieux !



LE FILM EST EN LIGNE




Et en complément, n'hésitez pas à regarder ce diaporama des photographies prisent pendant mon séjour sur place pour savourer la beauté du lieu !



Lundi 3 mai, je repars pour la suite du tour de France : direction les Pyrénées pour rencontrer les bénédictines de Notre-Dame du Pesquié !


Aimez, Priez, Semez,

Camille pour God save the Green


Explik'dessine de la semaine : Les saints de Glace !



9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout