Catho & écolo : Familles, piliers de notre maison commune.

Dernière mise à jour : janv. 4

Chaque maison à besoin de fondations solides. Dans notre Maison Commune, qui représente les fondations ? L'Homme a deux maisons : sa première maison est son corps, qui est le sanctuaire de l'âme où Dieu habite; et sa seconde maison est la Terre, la Maison Commune donnée par Dieu qu'il partage avec tous les hommes. Si tout est lié dans le monde, cela est d’autant plus vrai au cœur d’une famille.

Chaque membre d’une famille est différent, mais il s’est formé grâce à l’interaction avec ses proches. Nous avons tous le rôle de nous aider mutuellement à nous épanouir. Dans un monde qui évolue et qui est confronté aux catastrophes climatiques, en quoi les familles sont-elles les piliers de la Maison Commune ?


Sous le regard de l'encyclique Laudato Si', redécouvrons la famille.



La famille est le lieu où la vie, don de Dieu, peut être convenablement accueillie et protégée contre les nombreuses attaques auxquelles elle est exposée, le lieu où elle peut se développer suivant les exigences d’une croissance humaine authentique. Contre ce qu’on appelle la culture de la mort, la famille constitue le lieu de la culture de la vie - Jean Paul II, cité dans Laudato Si - 213

Grandir en famille, c'est recevoir tout l'amour et de nombreux atouts pour faire face à notre monde. Nos parents nous apprennent l'importance du respect, de l'amour, du pardon.


"Famille, je nous aime".


Dans la famille, on cultive les premiers réflexes d’amour et de préservation de la vie, comme par exemple l’utilisation correcte des choses, l’ordre et la propreté, le respect pour l’écosystème local et la protection de tous les êtres créés. La famille est le lieu de la formation intégrale, où se déroulent les différents aspects, intimement reliés entre eux, de la maturation personnelle. Dans la famille, on apprend à demander une permission avec respect, à dire “merci” comme expression d’une juste évaluation des choses qu’on reçoit, à dominer l’agressivité ou la voracité, et à demander pardon quand on cause un dommage. Ces petits gestes de sincère courtoisie aident à construire une culture de la vie partagée et du respect pour ce qui nous entoure - Laudato Si' 213

On entend souvent dire qu'on ne choisit pas sa famille, et la phrase habituellement pleine de sarcasme est "famille je vous aime". Et si nous changions l'enjeux ? Au lieu de ne pas s'entendre, au lieu de se tirer vers le bas, si nous trouvions la force de faire de notre famille un lieu d'amour. Ce lieu ne serait pas naïf : nous sommes tous différents dans nos caractères, nos habitudes et nos pensées. Il ne tient qu'à nous de faire basculer les choses afin d'être fière des petits efforts que chaque membre de la famille ferrait pour que tout le monde s'épanouisse.


Au cœur de l'écologie intégrale.

L'écologie intégrale est une écologie "globale" qui prend en compte tous les facteurs (économique, politique, social ...) et plusieurs relations en équilibre : notre relation à Dieu, à l'autre, à soi-même et à la Terre. Notre famille est un lieu où l'on développe cet équilibre de relations.


La relation à Dieu.

Certaines familles font le choix de donner une culture chrétienne à leur enfant, par le catéchisme, ou en priant ensemble. L'écologie intégrale rappelle qu'on ne peut vivre de conversion écologique, sans avoir précédemment fait une conversion spirituelle. Cette conversion spirituelle ne symbolise pas "devenir catholique", ce que nous sommes déjà. C'est un appel à reconsidérer notre manière de prier, à réapprendre à contempler, à s'émerveiller, et à respecter la Création en trouvant notre Dieu Créateur et sa grandeur dans la Nature.


L'éducation environnementale tend à s’étendre aux différents niveaux de l’équilibre écologique : au niveau interne avec soi-même, au niveau solidaire avec les autres, au niveau naturel avec tous les êtres vivants, au niveau spirituel avec Dieu. L’éducation environnementale devrait nous disposer à faire ce saut vers le Mystère, à partir duquel une éthique écologique acquiert son sens le plus profond - Laudato Si 210

Vivre la vocation de protecteurs de l’œuvre de Dieu est une part essentielle d’une existence vertueuse ; cela n’est pas quelque chose d’optionnel ni un aspect secondaire dans l’expérience chrétienne - Laudato Si 217

La relation à l'autre.

De nos jours, nous entendons beaucoup parler de charité et d'inclusion, que ce soit envers les plus démunis ou les personnes différentes. Ces mots résonnent dans les écoles, les clubs de sport, et parfois dans les familles ...

La première relation à l'autre que nous cultiverons sera avec notre famille : notre façon d'interagir entre nous, entre frères et sœurs, avec nos neveux, avec nos propres enfants et même avec notre conjoint. Cette habitude sera celle que l'enfant reproduira jusqu'à ce qu'il grandisse et apprenne par lui-même ...


Le bien commun présuppose le respect de la personne humaine comme telle, avec des droits fondamentaux et inaliénables ordonnés à son développement intégral. Le bien commun exige aussi le bien-être social et le développement des divers groupes intermédiaires, selon le principe de subsidiarité. Parmi ceux-ci, la famille se distingue spécialement comme cellule de base de la société. Finalement, le bien commun requiert la paix sociale - Laudato Si' 157

La relation à soi-même.

A différents stades de sa vie, l'Homme découvre son corps. Un corps qu'il doit comprendre, maitriser, et surtout aimer. Au delà de la culture du corps malsaine et proche de l'idolâtrie, nous pouvons aimer notre corps comme Dieu nous aimes. Quelques soient nos imperfections, nos "défauts", et les domaines ont nous peinons, n'oublions pas que le Seigneur nous a fait pour être épanoui, à ses côtés. Nous avons tous des petits "moins", regardons-les en face et sourions leur. Puis prenons tous nos petits "plus", serrons-les contre notre cœur et avançons.

En tant que parents, en tant que frères et sœurs, nous nous devons d'être un soutien mutuel. Nous devons donc ne pas nous moquer trop lourdement pour ne pas créer de complexe, accompagner, et aimer les autres. La première image que nous renverrons à l'autre sera celle qu'il gardera de lui. La famille reste le groupe social qui nous influence le plus.


Dans ce sens, il faut reconnaître que notre propre corps nous met en relation directe avec l’environnement et avec les autres êtres vivants. L’acceptation de son propre corps comme don de Dieu est nécessaire pour accueillir et pour accepter le monde tout entier comme don du Père et maison commune ; tandis qu’une logique de domination sur son propre corps devient une logique, parfois subtile, de domination sur la création. Apprendre à recevoir son propre corps, à en prendre soin et à en respecter les significations, est essentiel pour une vraie écologie humaine. La valorisation de son propre corps dans sa féminité ou dans sa masculinité est aussi nécessaire pour pouvoir se reconnaître soi-même dans la rencontre avec celui qui est différent. De cette manière, il est possible d’accepter joyeusement le don spécifique de l’autre, homme ou femme, œuvre du Dieu créateur, et de s’enrichir réciproquement - Laudato Si 155

Les questions de théologie du corps et d'écologie humaine sont aussi au cœur de la famille. C'est de nos parents que nous apprendront la beauté de notre corps et la nécessité de nous préserver. Encore aujourd'hui, la sexualité est un sujet tabou chez les croyants.


Je suis intervenue dans une vingtaine d'établissements privés catholiques, majoritairement des collèges et des lycées. Les jeunes sont confrontés à la sexualité de plus en plus tôt, et pour autant cela reste compliqué de leur en parler autrement qu'en cours de SVT pour savoir comme fonctionne le corps "physiquement". Qui leur parlera de morale et d'éthique ? Lors des interventions, je m'adapte au public en face de moi. Les collégiens et lycéens entendent donc que la relation à soi, ce n'est pas faire comme tout le monde, ce n'est accepté tout des autres, c'est aller au delà du regard des autres, mais c'est aussi préserver son corps et ne pas en faire un jouet.

Pourtant, ce n'est seulement un sujet de préadolescent. C'est un sujet d'Homme, qui grandira et changera jusqu'à la fin de sa vie. N'oublions pas d'oser parler de sexualité et de théologie du corps dans nos familles.


La relation à la Terre.

Beaucoup d'entre nous font des petits gestes pour prendre soin de notre Maison Commune. Les premières idées qui nous viennent à l'esprit sont en effet la sensibilisation à la richesse de l'eau, au tri sélectif, au gaspillage alimentaire... Mais puisque tout est lié, mettre en place le bénédicité est un moyen de remercier notre Dieu Créateur et le travail des hommes.


S’arrêter pour rendre grâce à Dieu avant et après les repas est une expression de cette attitude. Je propose aux croyants de renouer avec cette belle habitude et de la vivre en profondeur. Ce moment de la bénédiction, bien qu’il soit très bref, nous rappelle notre dépendance de Dieu pour la vie, il fortifie notre sentiment de gratitude pour les dons de la création, reconnaît ceux qui par leur travail fournissent ces biens, et renforce la solidarité avec ceux qui sont le plus dans le besoin - Laudato Si 277

Cette réflexion peut aussi prendre son sens dans l'eucharistie. Le prêtre célébrant la messe dit lui-même : "Tu es béni, Dieu de l'univers, toi qui nous donnes ce pain, fruit de la terre et du travail des hommes ; nous te le présentons ; il deviendra le pain de la vie ". Notre Seigneur nous invite à revoir notre relation à la Terre dans chaque instant de notre vie, mais surtout dans notre vie spirituelle.



Cultiver l'espérance.

Croire, c'est espérer et avoir confiance. Bien sûr, il nous faut pas avoir une confiance "aveugle" , en choisissant de fermer les yeux sur l'état du monde. Le Seigneur nous invite à faire face, à oser regarder ces catastrophes et à nous engager. L'engagement commence par l'espérance. Nous devrons la cultiver nous-même, par la prière et les petits gestes. N'oublions pas de la semer : d'autres ont besoin d'un regard doux sur l'écologie intégrale, votre confiance en Dieu sera peut-être un déclic pour eux.

Nos ainés doivent apprendre à garder espoir, mais pas en laissant les petits enfants faire. Tous, nous devons agir, quel que soit notre âge. Il n'est pas question de dire "ce sont les générations futures qui changeront tous, vous les jeunes". Si nous ne changeons pas maintenant, tous ensemble, nous n'aurons plus aucun monde à changer. Il sera trop tard.


Le défi urgent de sauvegarder notre maison commune inclut la préoccupation d’unir toute la famille humaine dans la recherche d’un développement durable et intégral, car nous savons que les choses peuvent changer. Le Créateur ne nous abandonne pas, jamais il ne fait marche arrière dans son projet d’amour, il ne se repent pas de nous avoir créés. L’humanité possède encore la capacité de collaborer pour construire notre maison commune - Laudato Si 13

Prier avec la Sainte Famille.

Noël est passé, un Sauveur nous est né. Dieu a voulu que le Christ descende parmi les hommes et qu’Il soit accueilli dans une famille. Entouré d’une mère bienveillante et d’un père prêt à écouter les volontés de Dieu pour sa femme et son fils. En ce monde bousculé et parfois violent, prenons un temps pour construire le monde de demain, à l’exemple de le Sainte Famille.


"À chaque famille est présentée l’icône de la famille de Nazareth, avec sa vie quotidienne faite de fatigues, voire de cauchemars, comme lorsqu’elle a dû subir l’incompréhensible violence d’Hérode, expérience qui se répète tragiquement aujourd’hui encore dans de nombreuses familles de réfugiés rejetés et sans défense. Comme les mages, les familles sont invitées à contempler l’Enfant et la Mère, à se prosterner et à l’adorer. Comme Marie, elles sont exhortées à vivre avec courage et sérénité leurs défis familiaux, tristes et enthousiasmants, et à protéger comme à méditer dans leur cœur les merveilles de Dieu. Dans le trésor du cœur de Marie, il y a également tous les événements de chacune de nos familles, qu’elle garde soigneusement. Voilà pourquoi elle peut nous aider à les interpréter pour reconnaître le message de Dieu dans l’histoire familiale." - Amoris Laetitia 30

Une méditation à écouter et à visualiser ici :


Si vous le souhaitez, retrouvez aussi une version écrite pour lire cette méditation :

Prier avec la sainte famille
.pdf
Download PDF • 107KB

Après avoir consacré l'année à la protection de Saint Joseph, le Pape propose que l'année prochaine soit sur le thème de "lla joie de l'amour familial". Retour sur sa belle encyclique "Amoris laetitia" ou la joie de l'amour. A lire gratuitement ici :

http://www.vatican.va/content/francesco/fr/apost_exhortations/documents/papa-francesco_esortazione-ap_20160319_amoris-laetitia.html


"Si les parents sont comme les fondements de la maison, les enfants sont comme les "pierres vivantes" de la famille" - Amoris laetitia 14

Aimez, priez, semez,

Camille pour God save the Green


Une prière ?

Si je devais relire des citations

de l'encyclique Laudato Si' ?


13, 155, 157, 159, 162, 208, 210, 211, 213, 277


108 vues0 commentaire